A la une

Nous tenons à saluer le courage des PNC qui ont su se mobiliser pour exprimer de façon engagée leur refus du projet de la Direction. Vous avez pris conscience du danger que fait peser BOOST sur l’avenir de nos conditions de travail et rejeté les mesures de productivité exigées par la Direction.Ce mouvement a bien été suivi, atteignant plus de 50% de grévistes et ce malgré les déclarations de grève refusées par l’Entreprise.

 

 

 

 

Roissy, le 17 Mars 2017                             

 

Monsieur le Directeur Général,

Nous faisons suite à votre courrier du 13 mars 2017 relatif aux négociations sur Boost, l’accord collectif et au préavis de grève.

Nous sommes extrêmement choqués par le caractère tendancieux de votre courrier.

Le Flash ACTU du 6 février 2017, Point d’étape sur les négociations, nous informait :

Côtés pilotes : La direction justifie l’abandon de conditions de travail spécifiques pour les pilotes qui voleront sur BOOST par la création du contrat unique car les pilotes avaient choisi de mutualiser les efforts sur l’ensemble de leur population.

Côtés PNC : La direction justifie l’externalisation des contrats PNC AF par la création de BOOST car la mutualisation des efforts ne serait pas envisageable.

En fixant un objectif inatteignable, il est certain d’obtenir l’effet escompté. 62 millions pour le PNC, 15 millions pour le PNT. Cherchez l’erreur…

Alors on récapitule !

Alexandre de JUNIAC voulait dégrader nos conditions de travail dès avril 2015, soit 1 an et demi avant l’échéance de notre accord collectif. Le SNPNC et l’UNSA PNC n’ont pas participé à ce marchandage anticipé, rappelant que nous étions protégés par notre accord à durée déterminée jusqu’au 31 octobre 2016. L’amélioration très nette des résultats de l’Entreprise nous donnera raison.

*envoyé dans les webmails PNC le 14 mars

1- Nous sommes d’abord étonnés de la publication de cette réponse à une lettre initialement adressée à Monsieur Janaillac qui exposait nos craintes pour les PNC avec cette proposition d’accord qui n’est que la préparation de nos funérailles.

Les semaines s’enchaînent et les scandales aussi. Nos dirigeants que nous appellerons plus justement « les goinfres » multiplient les propositions indécentes. La dernière en date, un texte mis à signature, issu des NAO (négociations annuelles obligatoires) proposant ni plus ni moins que :

0% D’AUGMENTATION GÉNÉRALE POUR LA 6EME ANNÉE CONSÉCUTIVE.

Comme vous le savez, un accord soutenu par l'UNAC est ouvert à signature jusqu'au 15 mars 2017. Cet accord n'a pas recueilli l'adhésion de l’Intersyndicale PNC SNPNC – UNSA PNC du fait des efforts qu'il exige encore des PNC et du projet "TRUST TOGETHER" qu'il valide.

 

Voici les revendications que nous défendrons lors de ces négociations et que nous avons dores et déjà transmises à M.GATEAU DG-RH.

« Une information inexacte a été communiquée au Conseil d'Administration et au Comité Central d'Entreprise d'Air France s'agissant de la rémunération des membres du Comité Exécutif (salaire de base 2016 et part variable 2015 perçue en 2016). Le chiffre de 4,8 millions d'euros qui a été initialement publié intégrait des sommes qui n'auraient pas dû être imputées à cette rubrique.

Grève des hôtesses et stewards Air France du samedi 18 mars 00H01 au lundi 20 mars 23h59 pour s’opposer au projet « TRUST TOGETHER ».